Le Valais souhaite inscrire l’apéro à l’UNESCO.

Valais/Wallis Promotion dépose officiellement une demande d’inscription de l’apéro au patrimoine mondial culturel immatériel de l’UNESCO. Cette tradition valaisanne sera ainsi protégée pour les générations futures et mise en valeur en tant qu’aspect fondamental de la culture du Valais.

L’inscription au patrimoine mondial permet la préservation et la mise en valeur de « chefs-d’œuvre ». Les objets qui y figurent représentent un témoignage unique du génie créateur humain ou d’une tradition vivante et sont dotés d’une signification universelle exceptionnelle. En Valais, la gestion du danger d’avalanche en fait notamment partie. Pour Valais/Wallis Promotion, il semblait évident d’introduire l’apéro dans ce panthéon des traditions.

L’apéro, établi en Valais depuis des siècles, est un véritable souffle de liberté qui permet de parsemer la semaine d’instants de partage, de rires, de discussions intensives. En Valais, il s’agit d’un moment sacré. Seules l’ingéniosité et la convivialité profondément ancrée dans le cœur des Valaisans pouvaient donner naissance à cette tradition unique en son genre.

« Avec la crise liée à la COVID-19, nous nous sommes rendu compte que les moments de convivialité étaient ce qui nous manquait le plus. » remarque Johanne Nissberg, responsable du projet chez Valais/Wallis Promotion. « L’apéro reste bien sûr possible en petit comité, chez soi, mais il est vrai que les Valaisans apprécient particulièrement de pouvoir se réunir par grandes tablées dans les établissements publics. Dès que cela sera à nouveau possible, les Valaisans s’adonneront à nouveau à cette tradition ancienne, j’en suis certaine. »

Un peu d’histoire

L’apéro tire son origine d’une tradition valaisanne ancestrale qui, dès le IIIe siècle, voit les habitants de la plaine du Rhône se réunir autour d’un verre avant le repas du midi. Plus tard, avec l’industrialisation, les Valaisans prennent également l’habitude de se retrouver après leur journée de labeur pour échanger points de vue politiques, anecdotes professionnelles et confidences précieuses, une coutume également reprise dans les pays anglo-saxons sous le terme d’afterwork. En Valais, cette tradition s’accompagne d’une signature sonore, le fameux « On boit une ou bien ? » que l’on peut entendre retentir à l’heure de l’apéro.

Pourquoi l’apéro est-il si présent en Valais ?

Si l’apéro s’est installé aussi naturellement dans l’art de vivre à la valaisanne, c’est que l’hospitalité et le partage des plaisirs de la table sont fortement enracinés dans la culture du Valais. Son terroir, riche en produits savoureux, n’y est pas étranger. Comment est-il possible de rester indifférent devant la générosité d’une raclette, silencieux avec un verre de Fendant bien frais à la main ou mélancolique en dégustant une rebibe de viande séchée ? Assiette valaisanne, poires Williams, asperges, pain de seigle ou eaux-de-vie ne seraient-ils pas à eux-mêmes des remèdes contre la morosité ? Sans oublier les vins marque Valais qui sont, à eux seuls, la garantie de bons moments entre amis.

Désormais, le dossier étant déposé, Valais/Wallis Promotion espère qu’il trouvera un accueil favorable auprès du comité décisionnel de l’UNESCO et que la population soutiendra activement ce projet en partageant cette action sur les réseaux sociaux, dans les médias, ou en en parlant avec ses amis. Lors d’un prochain apéro par exemple…