Sur la trace de la victoire

A en juger par son récit, Benjamin Weger devrait lancer chaque hiver une boule de neige dans le jardin de ses compagnons de route de Geschinen. Car c’est en changeant de passe-temps que ses amis l’ont mené sur une autre voie, celle du succès. «Notre bande de copains adorait l’hiver. Aujourd’hui encore, j’aime cette saison», confie ce biathlète émérite de la vallée de Conches, qui compte parmi les quinze meilleurs au classement mondial.

Mais revenons quelques années en arrière, lorsque, au crépuscule, ces mêmes garçons se livraient à des cabrioles dans les amas de neige entassés sur les toits avant d’atterrir dans les jardins enneigés. Une vraie partie de plaisir! Durant les week-ends, ils skient sur la piste à proximité du village. Un jour, les plus âgés de la clique se mettent au ski de fond. Benjamin Weger les rejoint – et s’entiche de cette nouvelle discipline.

Et quel heureux hasard ! La vallée de Conches compte 90 kilomètres de pistes de ski de fond avec de nombreuses variantes possibles : des parcours les plus exigeants aux tracés plus paisibles, il y en a pour tous les goûts. Benjamin Weger a d’emblée su tirer son épingle du jeu! Même avec peu d’entraînement, ses résultats sont d’emblée excellents. C’est ainsi que le ski-club d’Obergoms, et plus tard Swiss-Ski, le prennent sous leur aile. 

Retour aux sources au Pischienwald

La haute vallée de Conches, parsemée de villages authentiques aux façades noircies par le temps et le soleil, est considérée comme un paradis du ski du fond. Benjamin Weger apprécie le fait qu’à 1300 m d’altitude la piste ne se trouve pas entièrement en forêt. «Ici, je peux vraiment laisser s’exprimer ma force, j’éprouve un sentiment d’infini comme nulle part ailleurs», affirme celui qui a déjà parcouru de nombreuses pistes de ski de fond de par le monde. Il améliore sa condition physique sur les montées. Depuis l’ouverture du Centre nordique dans le village voisin d’Ulrichen, le biathlète peut également s’entraîner au tir.

«Sur la piste du Pischienwald, près d’Oberwald, j’aperçois parfois des poissons dans le « Rotten », comme l’on surnomme ici le Rhône naissant. Dans cette forêt calme et clairsemée, je me sens bien. Une gorgée d’eau claire, que faut-il de plus?». En biathlon, et plus particulièrement en ski de fond, il en faut pourtant davantage pour parvenir à rivaliser avec des adversaires du monde entier. Benjamin Weger parvient toutefois incroyablement bien à gérer la pression. «En biathlon, faire constamment la course en tête est impossible : l’épreuve est complexe et se joue dans un mouchoir de poche ». 

Village suisse authentique en hiver, Reckingen, Valais
La vallée de Conches et ses villages authentiques invitent à la quiétude.

Saluer le Grimsel et le Gothard

Ce mélange entre ambition et modestie naturelle  reflète le caractère des habitants de la vallée de Conches: cette vallée aux formes ondulées se découvre de multiples façons –  y compris en hiver. Benjamin Weger met à profit chacun de ses rares jours de congé pour faire du ski de randonnée. Le Galenstock? «Quel panorama!» La région du Grimsel? «Un paysage magnifique». Le Brudelhorn? «Pour les connaisseurs». Mais il aime aussi s’adonner à d’autres activités: par exemple, les randonnées d’hiver qui le conduisent à travers les villages desservis toutes les heures par la ligne Matterhorn-Gotthard-Bahn. «Les rares jours d’hiver où je reste chez moi, je me ressource», poursuit-il. Dans ces moments, il s’accorde un «choléra», une quiche à base de pommes de terre, d’oignons et de fromage, le tout recouverte de pâte – une spécialité de la vallée de Conches qui ne fait pas seulement fureur en hiver.

Jusqu’à présent, son plat préféré n’a pas porté préjudice à ses sprints. Il donne tout ce qu’il peut «jusqu’à ce que ses poumons, ses jambes et ses bras brûlent». Celui qui aime pêcher à la mouche en été sur le lac de Geschinen ou se baigner dans l’un des sept lacs de la région du Grimsel est devenu l’idole de nombreux jeunes coureurs.  Et un symbole pour sa région, la vallée de Conches: un visage sportif et dynamique, amateur des plaisirs de la vie avec une pointe de convivialité que seules les maisons en bois roussies par le soleil et recouvertes d’un manteau de neige savent  retranscrire. 

Lire un autre récit

Conches: glisser à l’infini

Lire maintenant