Kilian Volken

A la découverte du grand glacier d’Aletsch avec Kilian Volken.

Kilian Volken est un amoureux du Valais, de ses montagnes et surtout du glacier d’Aletsch. Une passion de l’alpinisme qui lui a été transmise par son père et par son grand-père. Originaire de Fiesch, le haut-valaisan est sur le point de débuter sa 44ème année en tant que guide de montagne et sa 45ème année en tant que moniteur de ski. A bientôt 69 ans, il a d’innombrables ascensions sur les plus hauts sommets du monde à son actif, mais pas seulement. Kilian Volken accompagne depuis une dizaine d’années les enfants et les familles sur le plus grand glacier des Alpes, celui d’Aletsch. Âgés entre neuf et dix ans, Sarah et huit autres enfants ont rejoint Kilian pour la dernière sortie de la saison sur ce géant de glace.

Il y a 60 ans, Kilian Volken marchait pour la première fois sur le glacier d’Aletsch. Depuis lors, de nombreuses cordes, crampons et skis ont été usés, et des kilomètres de surfaces enneigées ont été arpentés. Diplômé en tant que moniteur de ski en 1975 et en tant que guide de montagne en 1976, le haut-valaisan vit de sa passion depuis plus de 40 ans et continue de transmettre son expérience aux plus jeunes comme aux plus grands.

Une visite guidée du grand glacier d’Aletsch.

Kilian Volken accompagne depuis une dizaine d’années des enfants sur le grand glacier d'Aletsch. Avec ses incroyables 27 milliards de tonnes de glace et ses 23 kilomètres de longueur, celui qu’on surnomme « Gletschi », est le plus grand glacier des Alpes. Facile d’accès, ce dernier constitue la plateforme idéale pour une randonnée instructive entre moraines latérales, organismes vivants, crevasses et sommets de 4000 mètres environnants.

Lors du dernier week-end d’octobre, Sarah (9 ans) a rejoint Kilian et huit autres enfants sur ce géant de glace. « Le glacier d’Aletsch est vraiment très grand, encore plus que je ne le pensais. J’ai pu voir des grands trous, des longues fissures et des petits animaux vivants dans l’eau. Nous étions tous attachés et reliés par une corde, et avancions les uns derrière les autres. Kilian nous a expliqué qu’il est important de rester encordés pour être en sécurité », explique la jeune fille originaire de Fieschertal. Ce genre de journée, Kilian les apprécie tout particulièrement. « L’idée d’aller sur le glacier avec des enfants est sûrement venue de mes expériences avec mes propres garçons lors de nos randonnées », raconte-t-il. « Les enfants sont généralement les clients les plus reconnaissants. C’est tout simplement magnifique. »

Les enfants d’aujourd’hui seront les adultes de demain.

La journée de randonnée sur le glacier d’Aletsch débute systématiquement au sommet de la télécabine, à l’Eggishorn. Avec une vue imprenable sur les montagnes avoisinantes, c’est le meilleur moment pour expliquer l’univers des 4000 qui composent le Valais. « Cervin, Jungfrau, Aletschhorn… Tous sont à portée de main. C’est un panorama incroyable », s’exclame Kilian Volken. Malheureusement, ces géants reflètent également l’urgence climatique. « Je me souviens qu’il y a 40–45 ans, il faisait rarement zéro degré Celsius à 4000 mètres d’altitude. Aujourd’hui, c’est devenu quelque chose de commun », raconte celui qui a connu « son » glacier d’Aletsch lorsqu’il était encore relié par la glace à ses voisins, le Dreieckhorn, le Fiescher Gabelhorn et le Gross Wannenhorn. « Rien que l’été passé, le glacier d’Aletsch a reculé de 8,30 mètres et a perdu 4,20 mètres d’épaisseur. C’est pourquoi il est aussi de notre responsabilité en tant que guide de sensibiliser les clients et plus particulièrement les enfants. »

Vous désirez en savoir davantage ?

Nous vous transmettons volontiers de plus amples informations ou organisons une interview avec Kilian Volken.

E-mail Découvrir d'autres Visages du Valais