Stéphanie Ferreira

« Le Valais est une terre de passionnés qui veulent le faire avancer. »

Le Valais est le 8ème canton suisse qui compte le plus de start-up, selon une étude réalisée en 2018 par Startupticker.ch et la faculté des HEC de l’Université de Lausanne. Parmi elles se trouve l’entreprise Nivitec, spécialisée dans la recherche de victimes d’avalanche par drone, lancée par trois jeunes valaisans. Les ingénieurs Vincent Bontempelli (25) et Jonathan Michel (23) se sont associés à Stéphanie Ferreira (26), économiste d’entreprise, pour la créer en 2018. Nous avons rencontré cette dernière pour parler de son parcours, de sa place au sein de Nivitec et de son avis sur le potentiel du Valais en termes d’innovation.

L’histoire de Nivitec débute sur les bancs d’école de la HES-SO Valais. Lors d’un cours à option intitulé Business eXperience, Stéphanie Ferreira en formation d’économiste d’entreprise rencontre ses deux futurs associés issus de la filière Systèmes industriels de la Haute École d’Ingénierie. Ils travaillent alors ensemble pendant une année sur un projet de drone autonome pour détecter des victimes d’avalanche. A la fin de leurs études, convaincus par le potentiel de leur projet, ils se lancent dans l’aventure entrepreneuriale. Malgré son jeune âge, Stéphanie Ferreira ne regrette rien : « C’est beaucoup d’insouciance et d’improvisation mais il y a aussi des avantages. On n’a ni préjugés, ni mode d’emploi, on suit simplement notre feeling. » 

La recette pour être une bonne entrepreneuse.

Selon Stéphanie Ferreira, les qualités d’une bonne entrepreneuse sont la motivation, un côté perfectionniste, l’envie de réussir et de faire quelque chose de bien, ainsi qu’un peu d’ambition et de folie. Cette recette, elle la met en pratique au quotidien dans ses tâches au sein de Nivitec. En tant que responsable de l’aspect business, elle gère la stratégie commerciale, la recherche et la levée de de fonds, et la communication sur le projet. « Je cherchais un job varié. Je ne voulais pas d’un travail traditionnaliste dans les banques ou les assurances. Je souhaitais faire quelque chose qui me tienne à coeur, avoir un rôle assez important à jouer et laisser exprimer mon côté créatif. Concernant l’innovation, je suis tombée dans ce milieu par hasard mais je suis contente de l’avoir découvert. Faire d’une technologie un service avec une utilité concrète, c’est passionnant », explique la jeune valaisanne. 

Lancer Nivitec en Valais ? Une évidence.

Lancer l’entreprise en Valais, où le projet est né, s’est imposé naturellement. Avec ses nombreux domaines skiables, le canton constitue le lieu prédestiné pour développer une solution de sauvetage de victimes d’avalanche. De plus, il encourage les initiatives dans le domaine de l’innovation, ce que confirme Stéphanie Ferreira : « Le Valais est une terre d’innovation mais c’est surtout une terre de passionnés qui aiment leur région et qui essaient de le faire avancer. » Les trois associés de Nivitec le prouvent en faisant évoluer le sauvetage en montagne. Si tout se passe comme prévu, ils présenteront cet hiver un prototype de drone opérationnel dans le but de démontrer que la technologie fonctionne. Nivitec se prépare à décoller en Valais et dans le monde. 

Vous désirez en savoir davantage ?

Nous vous transmettons volontiers de plus amples informations ou organisons une interview avec Stéphanie Ferreira.

E-mail Découvrir d'autres Visages du Valais