Aletsch Panoramaweg

Une escapade marquante

Ils préfèrent les escapades spontanées d’un ou deux jours plutôt que de longues vacances au même endroit et misent sur la variété et le plaisir, loin du stress et du quotidien prenant. Et de préférence dans les montagnes. Ils, ce sont Susi et Diego, un couple de Suisse centrale. Lors d’une de leurs dernières escapades, les deux quadragénaires se sont rendus dans la région d’Aletsch Arena, où ils ont parcouru le chemin panoramique (Aletsch Panoramaweg). Cette aventure en montagne les a tellement enthousiasmés qu’ils nous ont envoyé leurs impressions personnelles et qu’ils ont eu envie de les partager avec le monde entier.

Qui a la trouille, maintenant?

«Ne regardez surtout pas en bas», qu’ils disaient. Et évidemment, c’est ce que j’ai fait dès le premier pas. Mon cœur et mon pouls s’accélèrent et mes genoux flanchent immédiatement. Peu importe, je vais y arriver. Déjà parce que Diego a dit avec un grand sourire que les ponts suspendus, c’est facile, et qu’il me porterait sur son dos si nécessaire. Ma fierté ne le permettrait jamais. Et voilà, j’y suis, au milieu de la passerelle. Le ciel bleu en haut, la Massa rugissante en bas et juste une grille entre les deux. Même si cette dernière paraît stable, le pont d’Aletsch balance doucement. Solidement arrimé aux flancs de la montagne, il relie Belalp à Riederalp. Malgré mes jambes en coton, je me sens infiniment libre. Et heureuse. Mais pourquoi donc Diego avance-t-il si lentement ?

Bien-être pur en pleine nature

Nous n’en avons pas fini avec les passerelles. L’Aspi-Titter est encore à venir. Mais en ce moment, le chemin panoramique d’Aletsch (Aletsch Panoramaweg) nous impressionne à sa manière. Quelle paix. Et cette odeur. C’est fou. Ici, le dicton « c’est l’arbre qui cache la forêt » prend une toute nouvelle signification. Nous montons vers la Riederfurka à travers la forêt d’Aletsch. J’ai déjà été en meilleure condition physique... Tant pis. Encerclés par de vieux aroles, nous sommes comme ensorcelés. Alors que notre pouls battait la chamade sur le pont, il reprend un rythme normal. Malgré le dénivelé de la montée. Diego tente de capturer en images les arbres noueux et cette atmosphère extraordinaire. Et j’inspire aussi profondément que je peux, pour remplir mes poumons de ce parfum d’aroles. Je n’en reviens pas, mais je ne peux m’empêcher d’en toucher un.

Juste incroyable

Je pourrais écrire un roman sur cette randonnée. Rien que pour l’hospitalité chaleureuse des hôtels et la nourriture si délicieuse. Mais je veux, non je dois, dire quelque chose sur « lui ». Lui, le glacier d’Aletsch. J’avais beaucoup entendu et lu à son propos et la réalité dépasse clairement la fiction. Waouh, les mots me manquent. Diego rétorque immédiatement que nous devrions venir ici plus souvent, si ce n’est pour cette unique raison. J’approuve totalement. Parce que ce que nous vivons en ce moment est un véritable coup de foudre pour un géant de glace. Jamais nous n’aurions cru ça possible. Ses fissures et ses crevasses racontent son histoire. Nos regards ne savent plus où se poser. Entre glacier et vue sur des dizaines de sommets de quatre mille mètres. Maintenant, nous comprenons pourquoi cette randonnée s’appelle « chemin panoramique d’Aletsch ». Un moment inoubliable... Nous reviendrons !

Susi et Diego

Offres disponibles